Les troubles d’apprentissage

La dyslexie-dysorthographie est un trouble spécifique des apprentissages de la lecture (dyslexie) et de l’orthographe (dysorthographie) qui touche environ 5 à 10% des enfants d’âge scolaire. Ce trouble est d’origine neurodéveloppementale (anomalies du développement cérébral) et il serait plus fréquent chez les garçons que chez les filles. La dyslexie-dysorthographie se manifeste le plus souvent au premier cycle primaire où l’apprentissage du langage écrit (lecture et orthographe) est nettement plus ardu pour ces enfants. Ainsi, la lecture est ralentie et laborieuse, avec plusieurs erreurs commises et la compréhension de textes est souvent touchée. À l’écrit, les mots sont mal orthographiés et plusieurs erreurs grammaticales persistent. Ces enfants éprouvent donc des difficultés académiques, qui ne sont souvent pas exclusives au français, le langage écrit étant requis dans les autres matières (mathématiques, sciences, éthique et culture, etc.). De plus, environ 60% de ces enfants présentent un trouble associé (cognitif : trouble de langage, trouble d’acquisition de la coordination, déficit de l’attention, dyscalculie / psychoaffectif : trouble d’opposition, troubles anxio-dépressifs), ce qui peut compliquer la prise en charge. Ces enfants sont également plus à risque de problèmes secondaires (faible estime de soi, décrochage scolaire, problèmes de comportement), particulièrement si aucune mesure/intervention n’est mise en place pour leur venir en aide. La dyslexie-dysorthographie est d’ailleurs un trouble pour lequel une rééducation est bénéfique en orthophonie et/ou en orthopédagogie et plusieurs mesures adaptatives peuvent être permises en classe pour permettre à l’enfant de réussir à la hauteur de son potentiel.

La dyscalculie est un autre trouble d’apprentissage, mais spécifique cette fois au calcul. Environ de 3 à 6,5% des enfants d’âge scolaire en seraient atteints, avec une plus grande prévalence chez les garçons. Il s’agit également d’un trouble neurodéveloppemental, qui est décrit comme étant : « un ensemble de problèmes caractérisés par des difficultés à traiter des données numériques, à apprendre des faits arithmétiques et à réaliser des calculs exacts et fluides » (APA, 2013) . Les compétences scolaires de l’enfant dans ces domaines sont nettement inférieures à ce qui est attendu pour l’âge, ce qui interfère de façon significative sur son fonctionnement scolaire. Ainsi, l’enfant ayant une dyscalculie est souvent en échec en mathématique, ayant de la difficulté à manipuler les nombres (compter, lire/écrire, transcoder), à acquérir le sens du nombre (dénombrer, comparer, estimer, principes de sériation, conservation et quantification) et réaliser les calculs (écrit et mental). La dyscalculie est fréquemment accompagnée d’autres troubles (déficit de l’attention, trouble de langage, troubles visuospatiaux, déficits exécutifs, etc.), qui doivent également être considérés, s’il y a lieu, dans la prise en charge de l’enfant.

AIDEZ-NOUS À LES AIDER

La Fondation TALAN vient en aide aux personnes qui présentent
un Trouble d’Attention, du Langage ou d’Apprentissage Neuro développemental (TALAN).